En tant qu'entreprise, vous produisez des déchets organiques industriels, mais également des biodéchets, directement issus de votre activité ou produits en interne par vos collaborateurs (restes de repas, marc de café, etc.). Selon la loi Grenelle 2, si la quantité de déchets verts que vous engendrez excède les 10 tonnes par an, vous êtes tenu de les trier à la source, de les collecter et les valoriser.

Les biodéchets sont des déchets non dangereux et biodégradables. Ils proviennent, par exemple, des cuisines ou de l'activité des usines de transformation alimentaire.

Pour cette gestion de vos restes biodégradables, vous avez deux options : soit faire appel à un tiers spécialisé dans le recyclage, soit vous en charger en interne. La deuxième est préférable car elle renforce le principe de proximité et le circuit court. Voici quelques méthodes qui s'offrent à vous pour une valorisation des déchets verts au sein même de votre organisation :

1. Compostage

Le compostage dégrade les déchets organiques et produit un engrais naturel qui peut être réutilisé pour donner un coup de pouce aux plantations de votre potager d'entreprise ou à celles d'une ferme voisine. Il existe plusieurs manière de composter, à l'air libre ou dans des conteneurs fermés. La méthode la plus connue est le compost en tas (celui au fond de votre jardin), mais pour éviter les effluves nauséabondes, vous aurez mieux fait de compter sur une dégradation en fût ou en silo.

compost

2. Vermicompostage

Si vous n'avez pas peur des rampants, vous pouvez aussi vous lancer dans le vermicompostage. Une colonie de vers s'occupera de la décomposition de vos biodéchets et vous offrira un percolat liquide (dit thé de compost) qui est un excellent fertilisant pour vos plantes. Par rapport au compost traditionnel, l'avantage de cette formule plutôt étrange est que la dégradation des aliments ne produira pas d'odeur (couvercle ouvert ou fermé) puisqu'ils ne pourriront pas.

Saviez-vous que le marc de café est un excellent répulsif naturel pour votre jardin ?
vermicompostage

3. Méthanisation

Contrairement au compostage, la biométhanisation ou fermentation méthanique se déroule sans oxygène. Ce processus inspiré de la digestion naturelle des ruminants permet de produire du biogaz qui servira à chauffer une pièce, l'alimenter en électricité ou à fournir du carburant écologique : le gaz naturel pour véhicules (GNV). Encore une belle manière de tirer profit de nos déchets et les injecter dans un nouveau circuit d'exploitation.

4. Valorisation en alimentation animale

Enfin, pour vous débarrasser de vos détritus organiques, rien de tel qu'un petit cochon qui se régalera avec vos restes alimentaires. Et si vous ne vous faites pas à l'idée d'adopter un porc (faut dire que c'est costaud comme bête), confiez vos épluchures et fonds d'assiette à des poules qui les picoreront avec plaisir et vous donneront en retour de délicieux oeufs 100% naturels. De plus, les fèces de ces deux espèces sont des engrais naturels puissants et pourront donc nourrir davantage votre compost ;-)

cochon

En conclusion

Dans la même logique que l'économie circulaire, l'idée de valorisation implique qu'il ne s'agit pas uniquement d'éliminer vos déchets mais que vous pouvez aussi en tirer quelque chose. Bien que certaines méthodes soient plus faciles à mettre en place que d'autres, dans tous les cas, l'idéal est de l'opérer au sein de votre entreprise. Et si ce n'est pas possible, il existe des acteurs externes spécialisés dans le domaine tels que Terracycle qui pratique l'upcycling et donne une seconde vie aux déchets d'entreprise de tout type (y compris les déchets industriels) ou, à plus petite échelle, Permafunghi qui récupère le marc de café d'entreprises ou établissements de restauration pour le réintroduire dans un nouveau circuit de production ; celui de la culture de pleurotes ;-)