Café de forêt

Table des matières

Introduction

A l'origine, le café nous vient d'Afrique où il poussait dans des milieux forestiers et ombragés. La biodiversité dans ces espaces boisés y était riche et chaque plante y avait un rôle à jouer. Cette nature formait un véritable refuge pour la faune et la flore. Ensuite, dans les années 70, durant la révolution verte, de nombreuses cultures de café se sont transformées en monoculture en plein soleil. On a donc assisté à une déforestation massive, un appauvrissement des sols, une pollution des eaux, une perte de biodiversité et à l'arrivée des produits chimiques dans les cultures de café. Aujourd'hui, il existe encore des cultures en respect avec l'environnement et nous avons décidé de les mettre à l'honneur afin de vous montrer que le choix d'un bon café au bureau ou à la maison a des répercussions positives de l'autre côté de la terre.

Je vais commencer par vous rappeler quelques informations à propos du caféier et de sa culture. Ensuite, nous entrerons dans le vif du sujet avec les raisons de boire un café de forêt.

Cerises de café
Cerises de café sur un caféier

Le caféier

Les espèces et les variétés

S'il existe plus de 100 espèces de caféiers, il est important de savoir que toutes ne peuvent produire des cerises consommables pour l'être humain. Les deux espèces les plus connues sont l'Arabica et Canephora. Ces deux espèces représentent à elles seules 99% du marché. L'espèce Arabica a plus de 200 variétés. L'espèce Canephora quant à elle ne dispose que de 5 variétés comestibles dont la plus connue: le Robusta. Vous l'aurez compris: la plupart des gens font une erreur lorsqu'ils disent que l'arabica et le robusta sont des variétés de café ! ;-)

Une image vaut parfois mieux qu'un long discours. Voici donc en très résumé la classification botanique du café:

Classification botanique du café
Classification botanique du caféier


Les besoins vitaux du caféier

Le caféier n'aime ni le gel ni le soleil brûlant ni les vents trop violents. Il va par contre apprécier un endroit où les températures sont stables, assez chaudes en milieu tropical avec suffisamment d'humidité.

L'ombrage est essentiel pour la survie du caféier. Traditionnellement, le café a été cultivé dans des forêts naturelles ou plantées par l'homme. Une grande variété d'arbres d'ombrage va servir non seulement de protection contre le soleil direct et de la pluie, mais aussi comme source d'engrais pour le caféier. Cela permettra une culture autonome du café.

Différentes techniques pour cultiver du café

Il existe aujourd'hui plusieurs manières de cultiver le caféier et ainsi produire du café. Je vous liste ci-dessous les 4 méthodes principales de culture du caféier.

La monoculture intensive

La monoculture désigne une culture agricole ou forestière d'une seule espèce sur une grande surface. C'est une technique rentable et efficace pour le café, mais qui nécessite l'intervention de polluants et l'installation de systèmes d'irrigation pour maintenir un rendement constant. L'ombrage est extrêmement faible voir inexistant.

Le schéma ci-dessous reprend les dangers et inconvénients de la monoculture intensive de manière générale.

monoculture intensive

La culture de café couplées avec la culture de fruits

Ce type de culture se fait sur un espace dans lequel le producteur va faire pousser des arbres fruitiers afin d'avoir l'ombre nécessaire pour le caféier. De plus, cela leur permet d'avoir un revenu supplémentaire garanti grâce à la récolte des fruits. On retrouve souvent les mêmes essences à savoir: bananiers, cocotiers, figuiers, cacaotier. Il ne faut cependant pas planter trop d'arbres énergivores (par exemple des bananiers) afin de garder des sols fertiles.

La culture de café couplées avec la culture de fruits
Des caféiers poussant à l'ombre de bananiers

La culture en agroforesterie (semi-forêt)

La culture en agroforesterie est une culture établie dans un milieu boisé cultivé par l'homme. On cherche ici à apporter une nouvelle valeur agro-économique aux arbres. Une nouvelle fonction leur est donnée: préserver et faire vivre les caféiers qui se trouvent au sol. On ne parle ici pas uniquement d'arbres fruitiers mais aussi d'autres essences qui auront un rôle tout aussi important pour l'ombrage et la fertilisation des sols.

Le schéma ci-dessous explique les avantages de l'agroforesterie dans la culture du café.

Schéma Agroforesterie

La culture en forêt

Ce type de culture est pratiqué dans des forêts sauvages et montagnardes. Cette pratique ressemble à la culture en semi-forêt avec la différence que la forêt est totalement sauvage.

La culture en forêt
Culture de caféiers dans une forêt sauvage en Ethiopie

Définition d'un café de forêt

En résumé, un café de forêt est un café cultivé en forêt sauvage ou en milieu boisé afin de bénéficier des avantages naturels de son environnement.

Pourquoi choisir un café de forêt ou de semi-forêt ?

Cafés d'Ethiopie

Que ce soit pour le producteur, le consommateur ou la biodiversité en général, il y a beaucoup d'avantages à privilégier ce type de culture ! Voici 7 raisons de boire un café de forêt:

1. Préservation de la forêt d'un avenir incertain (feu, déforestation, etc.)

Plusieurs centaines de millions d'hectares de forêts partent en fumée chaque année. Cela peut résulter d'une activité humaine avec les incendies à usages agricoles (défrichages, fertilisation des sols, etc.) ou des incendies de forêt sauvages (principalement la foudre). Si on ne peut pas faire grand-chose contre le dernier, il faut savoir que, dans la plupart des régions du globe, ce sont les incendies créés par l'homme qui font le plus de dégâts. Il s'agit souvent d'un feu à usage agricole qui devient hors de contrôle ou simplement de pyromanie.

Que ce soit pour la déforestation ou pour les incendies, la culture en café de forêt permet d'utiliser la force de la nature dans un but économique comme la culture du café. Cela amène les populations locales à protéger ces forêts plutôt qu'à les détruire.

2. Préservation de la biodiversité

Les forêts sont primordiales pour la préservation de la biodiversité. Elles servent non seulement d'habitat mais aussi de liaison pour des milliers espèces. C'est par exemple le cas de la forêt tropicale Panaméenne qui sert de corridor entre les espèces d'Amériques du Nord et d'Amérique du Sud. L'utiliser au lieu de la détruire s'avère donc être une nécessité.

3. Fertilisation naturelle des sols

La qualité des sols est améliorée grâce à la chute des feuilles. Les racines des arbres vont puiser plus profond afin de trouver de l'eau et des minéraux. Elles vont aller là où les caféiers ne savent pas aller et pourront par la suite remettre tous ses éléments à disposition des caféiers avec la chute des feuilles qui se décomposent sous forme de couches sur le sol.

Sur la photo ci-dessous, on peut voir l'état de 2 sols différents. Le premier (à gauche) est un sol de forêt. On peut voir l'humus humide, habité et aéré: que du bon pour notre caféier ! Le deuxième, à droite, est un sol de monoculture, sec et dense. D'après vous, quel sol sera plus bénéfique pour la culture du café ? ;-)

sol en forêt et sol en monoculture

Enfin, en milieu sauvage, les plantes sont complémentaires et forment une barrière pour les parasites. Il ne sera donc pas nécessaire d'utiliser des engrais ou autre produit phytosanitaire.

4. Diminution de l'érosion des sols montagneux

Les milieux tropicaux sont favorables aux fortes précipitations. Si le sol est nu (comme dans les monocultures), ces précipitations vont engendrer de l'érosion voire une disparition de la terre fertile. Le fait d'avoir un sol avec diverses plantes va offrir une couverture et une protection permanente.

5. Diminution de la charge de travail et des coûts

Cultiver des caféiers en forêt ou semi-forêt a également des avantages pour le producteur. Etant donné que l'environnement est, par nature, propice à la culture du café, le producteur a une charge de travail bien moindre: il doit simplement planter ses caféiers et la nature fait le reste ! Pas besoin de pulvériser des pesticides, d'utiliser des engrais ou de planter d'arbres pour l'ombrage, la forêt propose déjà tout ça naturellement.

De plus, tout cela évite au producteur d'avoir à utiliser des machines, à acheter des engrais et autres produits. L'investissement financier nécessaire à la culture du café est donc très fort réduit. C'est notamment ce qui explique que, en Ethiopie, il y a énormément de tout petits producteurs qui cultivent du café sur des parcelles aussi grandes qu'un jardin bruxellois !

6. Aides financières

Certains grands pays producteurs (plutôt d'Amérique du Sud) se rendent tout doucement compte des méfaits de la monoculture intensive et des bénéfices de l'agroforesterie. De ce fait, certains gouvernements, comme celui du Costa Rica, mettent en place des aides financières pour les producteurs afin de favoriser cette technique de culture écologique.

7. Une meilleure qualité du grain de café

Les arbres d'ombrage créent un microclimat propice à la production de café de qualité. En effet, l'arabica déteste les changements brutaux de température. Utiliser l'ombrage des forêts naturelles va non seulement permettre de garder une température constante, mais va aussi permettre un taux d'humidité stable, ce qui va permettre au caféier de produire des cerises de meilleure qualité.

Et Javry dans tout ça ?

2 producteurs éthiopien de café de forêt
Fufa & Khalid, deux agriculteurs éthiopiens


Depuis plusieurs années, Javry soutient les cafés de forêt grâce à un café unique: l'Anfilloo Badda. Ce café est cultivé sur le terroir de Suddi, dans la forêt d'Anfilloo à 1800m d'altitude. On y trouve une terre volcanique très riche sur laquelle pousse une forêt sauvage. Le café est produit par la coopérative Torban Anfiloo qui compte environ 450 membres. La majorité des membres disposent d'exploitation comptabilisant moins d'un hectare.

En buvant ce café de forêt, vous découvrirez d'une part le goût d'un véritable café éthiopien et, d'autre part, vous soutiendrez une culture de café écologique et responsable !

Conclusion

A l'heure d'aujourd'hui, une grande partie du café produit dans le monde et consommé dans les pays occidentaux provient de monocultures où rendement est le maître-mot. Cependant, la culture raisonnée de café de spécialité commence tout doucement à se faire une place. On estime à l'heure actuelle qu'environ 5% de la production mondiale du café provient de cultures écologiquement responsables.

Les cafés de forêt font évidemment partie de ce type de culture écologique. Ces cafés ne sont pas uniquement synonymes de qualité, mais ils sont aussi essentiels au maintien des zones naturelles. Il s'agit d'une technique en parfaite harmonie avec la nature où l'Homme n'est qu'un visiteur parmi les autres espèces animales et végétales.