Enfin. Le dernier café de la semaine avant un bon weekend bien mérité. Chez Javry, on pianote sur nos claviers à toute allure pour encoder vos commandes avant demain. Et on boit du café, évidemment.

Le grain est prêt. Il sent délicieusement bon et ses reflets sont dorés à vous faire rêver. Il ne reste plus qu’à vous l’envoyer… et à le déguster. Préparez les machines, guettez le facteur, il arrive.

Votre café, cultivé avec passion dans une plantation du monde - peut-être même du Kenya, d’où je vous écris - a traversé les montagnes, les déserts, les océans sous l’oeil vigilant de Belco avant d’être sublimé par le savoir et le faire de Miguel, notre maître torréfacteur. Une odyssée à en faire trembler Ulysse.

C’est au tour des mains de Javry de rentrer en jeu. Toutes les deux semaines, quand Miguel de Cafermi a torréfié et mis en paquets de 250gr, 500gr ou 1 kg - oui, il a des supers machines qui nous facilitent la tâche - nous recevons le café dans nos entrepôts et hop, nos mains s’affairent car le café fraîchement moulu, ça n’attend pas.

Hop, on étiquette les cafés, histoire de pas vous envoyer du café d’Inde si vous préférez le Guatemala, ce serait vraiment trop bête après un si long voyage. Puis, Hop on imprime votre adresse. Hop on met sous enveloppe, Hop on timbre.. Hop Hop Hop.. jusqu’à la dernière commande. Et on file chez Bpost, il ne vous reste plus qu’à allumer la machine à café et le tour est joué.



Bon, on a quand même envie de vous partager deux trois petites choses dont on est plutôt fièrs. Javry a un objectif que vous commencez à avoir entendu cette semaine: respecter la terre et les hommes qui la cultivent. Nous voulons nous faire tout petits et protéger notre planète… Alors on fait des capsules biodégradables, on utilise des enveloppes 100% recyclées, des paquets de cafés recyclables et bientôt biodégradables, tout comme nos caisses en carton… On fait un maximum pour réduire notre trace, et plus on grandira, plus petite elle sera. On compte sur vous et votre dose caféinée pour ça.

Voilà, l’odyssée s’arrête là... on timbre, Bpost envoie et puis vous dégustez .. et nous, on se remet au travail … parce que des mains, on en a que 4 et quelques petits doigts précieux qui nous aident de temps en temps.

Mais au fond..Elles sont à qui ces mains?

Au début il y avait celles de Vincenzo et de Maxence.

Vincenzo, c’est le père-fondateur de Javry, celui qui a eu l’idée. Et comme des idées, il en a eu beaucoup, il a décidé de confier cette idée caféinée aux mains de Maxence. Et s’est un peu éloigné.

Maxence a sauté dedans à pieds joints, il a bu une gorgée et il a dit "oui". Parce qu’il adore ça, développer des idées, il y a mis toute sa passion depuis deux ans. D'un café par jour il est passé à deux et puis à trois... On dit difficilement "non" à un grain JAVRY, surtout quand on connait toute son histoire.

Et comme Maxence (et vous) buvait des litres, il a fallu demandé un coup de main.

Et c’est là que celles de Pierre-Yves entrent en jeu. Pyo, c’est le geek, celui qui parle en Javascript et autres langages que seuls certains martiens comprennent. Il adore programmer “pour le plaisir” - ce sont ses mots - ce qui rend le commun des mortels parfois légèrement perplexe. Enfin, Pyo adore mettre ses mains de le cambouis et rêvait de se rapprocher de l’entrepreneuriat. Alors il est là.

A eux deux, ils tiennent le guidon et rêvent d’un café de qualité accessible à tous et cultivé dans le respect de la terre et des hommes qui la cultivent.


Bueno.. Parce que 4 mains c’est pas toujours suffisant - sauf peut-être sur un joli morceau de piano - il y en a pas mal qui viennent les mettre à la pâte de temps en temps. Celles d’Antoine pour nous aider à vous envoyer vos paquets dans les temps, celles de Natascha - en fait, ça c’est moi - qui clapotent sur son clavier pour vous raconter des histoires comme celle-ci depuis le Kenya et puis les vôtre au moment de savourer notre café du monde.

En passant, on vous dit à tous un énorme Merci de croire en notre projet.

A vos mains, prêts? Savourez !