Norbil Vela, fondateur de la coopérative COOPAGRO
Norbil Vela, cofondateur de COOPAGRO, coopérative productrice de notre café Condor

Alors que le pic de contamination semble être passé chez nous, le Pérou est quant à lui en plein dedans. Les grandes villes sont évidemment fortement touchées, mais la crise sanitaire impacte également les milieux ruraux avec, entre autres, les producteurs de café. Paiements bloqués, distanciation sociale, couvre-feux et autres mesures de sécurité sanitaire compliquées, ces derniers font face à de nouvelles problématiques encore jamais rencontrées auparavant. 

Grâce à notre partenaire de sourcing café Belco, nous avons pu avoir des nouvelles du front et nous entretenir avec Norbil Vela. Il est le cofondateur de COOPAGRO, la coopérative qui produit notre café Condor.

La récolte est sur le point de commencer au Pérou. La coopérative COOPAGRO fait cependant face à une pénurie de main d'oeuvre suite aux interdictions de déplacement et aux couvre-feux... Norbil reste cependant positif: c'est dans les situations difficiles qu'une coopérative prend tout son sens et qu'il est primordial de continuer à s'entraider.

Une partie des membres de COOPAGRO (avant le Covid ;-))
Une partie des membres de COOPAGRO (photo prise avant le Covid)

Découvrez l'interview complète ci-dessous:

 

Quelle est la situation actuelle dans votre ferme et les environs ?

Norbil: Le risque de contagion est élevé dans les communautés. Il y a beaucoup de peur, de confinement et de couvre-feux.

Quelles sont les principales conséquences directes du Covid 19 ?

Norbil: La main d'oeuvre et le travail ont fortement diminué suite à la peur de contamination et aux restrictions sanitaires. Cela a pour conséquence de faibles rendements et un accès aux fournitures agricoles limité.

Quelles sont les opinions de vos collaborateurs sur l'épidémie (familles et communauté) ?

Norbil: Beaucoup ont peur, d'une part, d'être contaminé et, d'autre part, de ne pas être en mesure de vendre leurs cafés.

Quelle est l’actualité de vos fermes en ce moment ?

Norbil:  Nous sommes sur le point de commencer la récolte !

Quel est l'impact sur votre entreprise ?

Norbil: Nous allons certainement rencontrer des problèmes de liquidité car nous n’avons aucun financement.

La productivité et les rendements pourraient-ils être affectés par cette situation ?

Norbil: Tout était bien parti pour que cette année soit une bonne année, mais le manque de main-d'œuvre en raison des restrictions affectera certainement la production.

Quelles sont les mesures de santé et de protection chez vos collaborateurs ?

Norbil: Nous appliquons au maximum la distanciation sociale, nous portons des masques et utilisons du gel hydroalcoolique. Nous avons également mis en place des formations pour éduquer les collaborateurs à ces nouvelles pratiques et procédures sanitaires.

Quelles actions visant à minimiser les conséquences sociales et économiques ont été mises en place ?

Norbil: Le mot d'ordre a été de s'adapter. Nous avons ainsi coordonné de nouveaux services de transport pour acheminer les cafés, nous avons obtenus des dérogations spéciales pour les producteurs, mis en place des audits virtuels pour le renouvellement des certifications. Quand un membre de la coopérative doit nous contacter, nous privilégions le téléphone.

Quelles sont vos opinions sur l'évolution des marchés du café et sur l’évolution de votre activité ?

Norbil: Je pense que la consommation familiale augmentera et que de nouveaux modes de livraison verront le jour. Cependant, le monde du café pourrait être très durement touché. Il va falloir apprendre à vivre avec la pandémie, avec plus de télétravail, plus de solidarité et d’entraide. Nous devrons également mettre en place de nouveaux points de collecte de café non centralisés pour éviter le regroupement des producteurs en un lieu central.

Quelle est votre opinion sur l'avenir du café de spécialité ?

Norbil: La demande baissera sans aucun doute mais elle remontera !